La découverte du métier

Ayant toujours voué une admiration sans nom au monde animal,

pour avoir vécue avec toutes sortes d'"amis", à poils ou à plumes, c'est donc tout naturellement que ma direction professionnelle fut celle d'allier amour, savoir-faire et plaisir: Elever des ânes.

Il me fallait partir pour me former. A 17 ans,  mon bac en poche, ayant la chance d'avoir des parents conscients de ma détermination, je suis partie en Ardèche pour préparer un BTS agricole.

Au début mon souhait était d'être éleveuse, produire du lait, traire à la main (pour le relationnel avec l'animal),  et avoir une petite structure à taille humaine.

J'ai tout d'abord pensé à élever des chèvres et avoir, en animaux de compagnie des ânes, au sein de ma petite ferme.

Dès que j'ai pu, car on ne prend pas un âne à la légère, j'ai acheté Bianca, ma première petite ânesse, qui vivait avec Luette et Fany, nos juments, et Kivou, le cheval de ma soeur.dscf5073.jpg

Puis en 2008, j'ai eu un Coup de foudre pour Orion, mon grand ân'mour, qui m'a alors été offert.

C'est d'ailleurs à partir d'une photo de lui que le logo a été réalisé.photos-alex-5.jpg Puis un jour, dans un livre sur les ânes justement, j'appris qu'il existait des élevages asins de production laitière.

Ca alors, tout combiner!?! Travailler avec les ânes carrément! Ce fut le déclic. Je suis partie dans les Pyrénnées à la rencontre d'Olivier Campardou, pionnier.

Il a accepté de me prendre en stage, me permattant ainsi de découvrir ce milieu.

J'ai été  ânière (l'équivalent de bergère mais avec les ânes) dans son estive au milieu des Montagnes, avec son troupeau et y faire la traite pendant 3 mois. Me laissant autonome et avec des responsabilités, cette expérience a été très formatrice.La traite à l'estivesoins aux ânes à l'estive.

Ajouter un commentaire